Les façades

À Ramzi.

il marchait en plein milieu de la rue en tenant une petite baguette en bois dans sa main gauche;

il était enveloppé d’un drap, de braises et d’un front où perlait la sueur !   

il avait des yeux blancs semblables à ceux de Jacob le pacifique;

un ciel au-dessus qui l’ornait de son fluide mystérieux.

un Rai circulait dans l’habitacle des jeunes algérois;  

les plus anonymes étaient autour d’une statue noyée dans un bocal d’algues vertes.

le sol d’asphalte n’opprimait pas son ombre;

il éprouvait une terrible perte.  

et il prophétisait une énième fin du monde.

lui comme moi, comme quelqu’un d’autre

on rêvait de croiser une sœur.

une graine pleine d’une vilaine histoire à nous raconter et vibrante d’amers soleils.

les capitales de la frénésie sont toutes ainsi devenues;

un spectacle ouvert pour le spectre des moutons noirs.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s