Poinçon

c’est un peuple phage aux puissants élixirs d’amour

c’est comme une vieille histoire raconté depuis les fonds des âges 

c’est comme un lavabo vieilli de faïence local

les émigrés sont comme au seuil d’un printemps de paix universel

                j’étais rendu à des visages aux tribulations de lichen

          des chœurs chorals fondus de sourire en chapeau de paille

  j’étais rendu à des passages au quartier Western sans âme familière qui vive

                                                               sans secours

                                                               sans secours

                                                               sans secours

si vous ne saisissez pas que l’on peut remodeler son passé à l’infini !  

que l’âme humaine est trop grande pour une fourmi même pour s’y loger !

vous n’être qu’ici pour moins que rien et rien au-delà suivez votre veine !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :