Le hac de Leila*

les fenêtres sont grandes ouvertes, c’est l’été… je porte une cape transparente et chiffonnée, mon bermuda est humide.

ma voisine cuit du riz dans la cuisine familiale, elle n’a plus le temps de me cultivée de ses soins affectés.

un pyjama d’été

le péril des tortues ninjas

le glamour

le vent fait gonflé sa djellaba à petits motifs amusants, comme un drapeau aux couleurs indéterminés.

je suis perdu dans l’âge des premiers émerveillements, et si par malheur la chance me tourne le dos… !

un mal identifiable entre tout : nous allons plus revivre cette belle histoire d’amour. l’une des raisons est que pour elle je me détraque le kaléidoscope.

mes anges de la prédication me susurrent des solutions prêtes à l’emploi entre les mains de la providence, que je ne révélerais pour rien au monde ici.

* les inachevés de Cinq heures après l’orage.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s