Charlot lettré

Image par Siggy Nowak

comme sortie d’une longue vague écumante, une déesse berbère ravivait le ciel et les arbres de ses courbes et couleurs chatoyantes

j’espionnais la vie imaginaire des écrivains publics de la grande poste. je me tenais là-bas pour chaque lettre manuscrite ou bordereaux de compte à remplir

j’étais à la recherche des lettres d’amoureux perdues dans le temps. une occupation honorable, puisque je tenais cette information d’une source sûre

est-elle arrivée jusqu’à moi

est-elle arrivée jusqu’à moi pour me délivrer ?

vêtu de noir vieilli, scarabée discret et sans rien me dire, comme devant un mur de rose veloutée. j’apprenais à mes dépens que ces histoires de jeunes gens étaient révolues

quand elle met apparu dans son plus simple apparat, j’étais surtout attentif à ses arabesques en bleu de nuit et j’essayais par-dessus tout avoir un air naturel

elle ne contredisait aucunement la sainte taxe qu’il faut rétribuer à une espèce de Charlot lettré

la vie me souriait

je lui répondais avec toutes mes dents

L’armée du salut

Un habille pour une nouvelle chance

De vie

comme les plus beaux portraits au fusain que cette époque trop sérieuse à produit, à cette déesse commune aux bons poètes, j’ai dit qu’un jour tout sera enseveli et à jamais

elle a rit

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :