Ain Hallouf

À Rabah.

mes larmes coulent vers le bas, comme une eau qui jaillit d’une source froide. une eau dégueulasse à boire et en cela une saturation.

j’avais neuf ans et on voyait encore des sangliers affolés au pied de nos portes que l’on s’empressait de verrouiller, comme pour les voleuses d’enfants.

il y a que je plaisantais sur le temps en le piétinant comme des raisins verts, dans un but inconsciemment entêtant: extraire un suc impossible à emmagasiner !

un voisin s’endormait sur un air de chaâbi

sans qu’aucun de nous n’entende ses ablutions

sommeil d’Al hara

les enfants se racontent les étoiles

des quatre saisons

je voulais m’en sortir, comme sortir par inadvertance et part tous les ports d’une insalubre et minuscule cuisine. je regretterais à jamais une faim qui creuse.

je revenais vers chez moi avec l’espoir de croiser les hirondelles qui volaient plus bas que les fils électriques, elles y étaient même dans les noires saisons.

j’étais enchanté de retrouver mes airs de désinvolture en léchant les murs empestés de mon quartier. je me revigorais en lézardant sous le soleil.

dehors on se renouvelait

on revenait au ciel

un dernier coup d’œil

elles battent énergiquement les ailes

des hirondelles

en allant des hauts quartiers jusqu’aux confins du boulevard du nord, les nuits me faisaient violence plus que les spots de sensibilisation à la télévision.

je pliais mes bagages sans savoir très bien de qui à commencer la vindicte, une décision qui me laissait à moitié résigné et sur le cœur une artère béante.

je poursuis les méandres des jours inviolés avec la crainte du faux-témoin, je n’entrevois que des spectres qui m’éclairent et s’éteignent isolément.

de la brèche d’un rocher naît et s’épanouit le lierre

ceux qui savent s’ignorent !

une aube d’été

allongé sur une zarbiya d’antan

le souffle long

je n’oublie pas le climat maussade qui me désigne différent et loin de mes semblables… comme je n’oublie pas ma jeune patrie.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s