Dans l’heure

à Chouaib.

je rêve d’un long voyage au-delà des dunes et choir sur place que par affliction je commanderais aux fleuves hors des lits tout en étant pur et cruel

je rêve de recevoir un verset comme une goutte d’eau dans les profondeurs de l’Etna je ferais de mon cœur une roche de granite

je rêve que l’être qui habite mes cottes me quitte pour mieux me revenir que les geôles cautérisent à tout jamais

je rêve d’être le Père Noël avec des lutins en gélatine verte au service des orphelins du monde entier

je rêve de contempler le ciel rougeoyant comme une confiture de fraise et pour moi les nuages légers s’entrouvraient comme les petits sachets de caramel au beurre salé

je rêve de tomber dans un rêve et de ne plus jamais m’éveiller je parlerais de Napoléon et de Marie Antoinette sans me moucher une seule fois

je rêve de retourner en enfance dans l’idée de courir encore dans tous les sens avec ma crinière de lion et me laisser chatouiller par Linda

je rêve d’une excursion sans attache comme un bon homme devant son café crème, – dring dring… et l’excursion arrive !

je rêve qu’un jour un être me parle de la poésie et qu’il me dise pour mon recueil ce n’est pas ton meilleur comparé à n’importe lequel

je rêve d’une troupe oxygénée aux victoires saillantes ivre de leur gloire passée et je chanterais oui je chanterais de tout cœur avec eux sur les routes du ciel

je rêve de voir deux lunes argentées entre des colonnes antiques comme un double templier je me jetterais parmi les ombres pour être oublié

je rêve de faire partie d’un groupe de free jazz sur scène et je serais à la trompette même si j’hésite encore entre Miles Devis et Erik Truffaz et Ibrahim Maalouf et Chet Baker

je rêve de noircir des pages de mes petits rêves poétiques et les anéantir par le feu rien que pour ressembler à Geronimo

je rêve de participer à un colloque d’écrivains et de poètes dans le désert froid d’Éthiopie en espérant qu’il n’y aurait pas de réseau

je ne fais que rêver à l’heure du petit-déjeuner

comme manquer à la fourberie ambiante 

Les Revenantes © anitaa 2015

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s