No man’s land

je lis les exclus des bibliothèques, les conventionnels. une littérature ringarde et naïve par ses propositions. il m’est difficile en ce cas de croire à la gratuité.

dans ces livres estampillés que l’on peut reconnaître entre tous, l’auteur termine son récit avec un mot intelligent, contre tous les silences de l’éternité.

le livre est presque illicite dans certaines régions, peut-être même introuvable. ils diraient que c’est une perte de temps, absurde ou carrément une folie… etc.

êtes-vous personnellement atteint ?

c’est souvent les plus solides qui crient à la dinguerie

une distinction entre le blé et l’orge

soir de pleine lune

mes vêtements prennent l’air

de l’automne

j’ai remarqué une chose étrange, pour le moins suspect ! on ne tombe jamais sur de la poésie et les saintes écritures, je voudrais savoir pour qu’elle raison ?

je les affectionne tout particulièrement !

je rêve au-dessus de mes livres, si tenté une fois encore que ces genres sont à l’intérieur et non pas dans l’objet ou dans l’ensemble d’une bibliothèque.

un bibliothécaire fait métier de sa passion.

je ne peux imaginer un monde sans les livres, mes périodes de lecture sont variables et sans l’issue des mots, l’étau me prend à la gorge et me serre, et me serre… !

allez-vous vomir ?

le piège referme sa propre clé

les mots purgent

la place de l’école

les chimères sonnent le nickel

d’une industrie

on a tant parlé de ces résidus de bonne conscience plus au moins neuf pour certains d’entre eux jamais ouvert, mais surtout transitoires ! ils nous exhortent.

les chiffres de l’édition sont en hausse !

on les retrouve généralement en libre-service dans les parcs publiques, les plages… etc. comme ils peuvent très bien finir dans une benne à ordure.

la lecture est une autre conception de la vie, meilleur à n’en pas douter. cette réalité est sans conteste qu’il devient inutile de formuler des évidences.

une promesse autre des courants habituels.

j’investis le champs commun

comme je regrette de les lire qu’une seule fois

l’incantation des poètes

une plume ocre entre les doigts

de la providence

il n’y a rien de plus sensuel pour certaines femmes qu’un homme qui tient un livre !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s