Les quais sous les étoiles filantes*

je suis dans ma cylindrée dernier cri, une électrique savoyarde. j’écoute des mélodies dans mon poste radio, je suis ce qu’on pourrait appeler un homme riche.

lequel à encore de belles années devant lui.

un lézard sans queue  

l’homme échelonne l’échelle de ses traits

vers la nuit

sur les quais de Bordeaux, je rencontre une troupe de filles en jupe courte.

les chiens errants reniflent du vomi de matelots nègres, et derrière, comme un décor de théâtre, des buissons et une chaleur qui couve tout.

cela ressemble à une nuit ordinaire, j’ai un peu bu, et alors ? vous trouvez que c’est de l’impudence ? patience, vous n’avez encore rien vu.

j’accoste l’une des filles selon mon bon plaisir. Vroom, Vroom …!

* les inachevés de Cinq heures après l’orage.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s