Ça n’a rien d’un jazz*

le jazz s’écoute communément les soirs de longue mélancolie et éventuellement accompagner d’un verre cérémonial, comme du whisky ou autres.

il s’écoute aussi en compagnie d’une étudiante en lettres qui se faufile par ici.

le jazz m’apprend à écouter les notes

l’émancipation

le free jazz

glaçon mou dans un verre

fusions

je suis tellement bordélique et sans heures que je l’écoute dès le matin, très tôt au réveil avec les cuivres qui me mettent d’aplomb, avec mon café noir et chaud… d’aplomb !

comme un noir de la Nouvelle Orléans

les complices qui me parlent

vous savez sans doute que c’est de la musique afro-américaine, le titre qui circule bien en ce moment est Kind Of Blue.

je laisse pour l’heure aller dans le givre et je fais des calculs manteaux.

* les inachevés de Cinq heures après l’orage.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s