De jour comme de nuit

à Yasmine. et à Camille.

demi-sœurs de cœur.

Tristan : Qu’avais-je donc rêvé, de l’honneur de Tristan ?

Isolde : Qu’avais-je donc rêvé, de la honte d’Isolde ?

Tristan et Isolde. Richard Wagner.

Traduit par Dominique Sila.

: 1

toi avec moi // moi avec toi

le jour avec la nuit // la nuit avec le jour

la nuit cédant au jour // le jour cédant à la nuit

moi sur toi // toi sur moi

entre toi et moi // entre moi et toi

le soleil célébrant une lune // la lune célébrant un soleil

un peu de toi // un peu de moi

le jour dans la nuit // la nuit dans le jour

la lune pleurant un soleil // le soleil pleurant une lune

de tes mensonges sur moi // de mes mensonges sur toi

toi ou moi // moi ou toi

été comme automne // automne comme été

le jour glisse sur la nuit // la nuit glisse sur le jour

toi en moi // moi en toi

toi malgré moi // moi malgré toi

toi sans moi // moi sans toi

là, le jour gît // là, la nuit gît

désirant de toi // désirante de moi

croire en toi // croire en moi

l’eau et le vin // le vin et l’eau

vénus pour mars // mars pour vénus

toi et moi // moi et toi

chienne d’un loup // chien d’une louve

nous

: 2

une fille // un garçon

le monde pour lui // le monde pour elle

un univers avec elle // un univers avec lui

ils s’aiment // ils s’éloignent

il lui manque // elle lui manque

autour d’un diner // au milieu d’un déjeuner

elle l’habille d’un sourire // il l’habille d’une caresse

un rêve de lune // un rêve de soleil

elle le reconnaît // il la reconnaît

un amour de fleur // un amour de miel

elle remonte d’un souvenir // il redescend d’une réminiscence

son étoile capte les fables // son étoile capte les contes

elle porte le dramatique // il porte le tragique

claudia et arman // arman et claudia

elle l’accompagne dans sa traversée // il l’accompagne dans son voyage

pour goûter les joies de la volupté // pour savourer les délices de la félicité

un lac sur un ciel // un ciel sur un lac

c’est tellement elle // c’est tellement il

elle tâtonne pour marcher // il tâtonne pour s’asseoir

un regard de celui qui la guérit // un regard de celle qui le sauve

la tristesse l’oblige // la tristesse le condamne

elle dort à bâbord // il dort à tribord

elle n’a rien d’une poétesse // il n’a rien d’un poète

pourtant

: 3

une sagesse transitoire // une folie ambulatoire

elle pardonne sans un reproche // il pardonne sans un effort

une comédienne // un comédien

lorsqu’il la baise // lorsqu’elle le baise

elle joue des interdits // il joue des anathèmes

les comètes déménagent // les comètes euphorisent

toi comme la fin d’un début // moi comme le début d’une fin

à l’orée du jour // à l’orée de la nuit

elle le cultive // il la labour

leur terre est plate // leur terre est ronde

les lunes se compilent // les soleils se faufilent

une allée émotionnelle // une allée sensorielle

elle s’invite dans son assiette // il s’invite dans son terroir

toi en deçà de moi // moi en deçà de toi

son aura est rouge // son aura est mauve

magma et cristal // cristal et magma

elle ironise sur la vie // il ironise sur la mort

les anges neutralisent // les démons désunissent

l’exception d’un amandier // la singularité d’un olivier

une éclipse solaire s’attarde // une éclipse lunaire s’accroche

elle lui fredonne ses nuits // il lui murmure ses jours

la terre se dérobe // le ciel se dissipe

elle n’a plus confiance // il n’a plus foi

vice-versa

: 4

bonsoir soleil // bonjour lune

elle est d’un futur // il est d’un passé

elle fortifie un filtre // il emplâtre une potion

d’ombre et de lumière // de lumière et d’ombre

aux aurores // aux crépuscules

brève des infidélités // brève des trahisons

à jamais son âme blessée // à jamais son cœur entaché

sable et marbre // granite et poussière

elle vient de loin // il arrive de loin

au-delà de la longueur des continents // au-delà de la hauteur des nuages

t’adonner à moi // m’adonner à toi

te rappeler de mes réponses // me rappeler de tes signes

rien de toi n’est vain // rien de moi n’est vain

rien n’est perdu de nos errances // rien n’est gagner de nos quêtes

nous nous sommes aimer // nous nous sommes détester

comme d’un autre centre // comme d’un autre appel

un souhait de nacre // un souhait de corail

que ton âme luise // que ton cœur vibre

se hisser pour t’atteindre // se baisser pour m’atteindre

trop beau un tantinet laid // trop laid un tantinet beau

elle voit en lui une autre // il voit en elle un autre

de la vie à la mort // de la mort à la vie

de toi // de moi

poème

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s