Plan

tu veux vivre bêtement et t’éloigner des obligations quotidiennes, à l’état primitif dis-tu. comme au retour des saisons que l’on considère comme nôtre

tu ne veux plus avoir de phrases concises à méditer. tu ne veux plus envisager les incongrus s’échappant d’un monde souterrain hypothétique

tu veux fuir les nouvelles d’où qu’elles viennent et la partition, afin de rêver comme l’esprit d’un fleuve et jalouser un peu l’éternité des papillons

Réticence des nuages

Au calme d’une énième énigme

Existentielle

tu ne veux plus rendre de compte à personne, encore moins à ceux qui osent se dresser devant toi

car tu veux tout oublier clandestinement sans chercher aucune consolation ni aucun remède à ton mal

Du néant à la vie

Il sent déjà venir

L’arnaque

quoi de plus simple que de te lever un matin, semblable à des matins de rameau, te faire entièrement silence et partir avec l’intimité de ton café chaud

il se pourrait que tu traverses l’exile du cœur, peut-être pour des années, au lieu de te dépêtre que d’un sursis

désapprendre tout en seulement une heure et vivre, vivre… ! il te faudrait pour cela sauvegarder une certaine constance dans la durée et atteindre pleinement ta poétique

Une tasse de café

Réapprendre le nom

De mes doigts

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :