Le rêve de la commune

À Anne.

je contais à un ami mon rêve de la nuit passée, mais d’une tristesse, oh mon Dieu ! d’une tristesse… ! la sophia des jours nous apprenait au mieux à les écouter.

était-il un non-savoir ?

une désillusion s’abattait en ce jour de fête sur ma grande famille, comme la ciguë qu’il faudrait boire dès à présent. les pantins derrières une vitrine quémandaient !

une attention, une sélection, une élection… !

les voix rassemblées disaient que le pays allait bien et qu’il y avait beaucoup de richesses, l’or coulerait des naseaux. le monde aspirait à crésus dans des palais de jasmin.

les cartes se brouillaient.

je n’envisageais aucun effort de changement

les derniers remparts d’el horma

un cageot à la claire bougie

les jeunes du quartier rêvent dominos

avec leurs mains

j’avançais entre les colonnes en dormant comme un escargot avachi, une morve dégoulinait sur le bulletin bleu tenu nerveusement avec mes deux mains.

je répétais ce geste cent fois dans ma loge boisée en coulisses, – mais que pourrais-je faire ? sachant que je n’avais plus le droit aux questions depuis l’enfance.

l’indépendance nous bridait.

je n’aimais plus les jours clairs et ma préférence allait naturellement aux jeunes sœurs dans les bains, mes revendications en ceux-ci étaient simples, diamantaires.

il n’y avait personne pour répondre du sort commun

elles étaient plutôt rasoir

miaulement d’un chat

une mystérieuse collecte des ordures

dans la ville qui pue

nos chers gouverneurs les messieurs présidents des terres démocratiques levaient tous la main, sauf un. ils criaient: nous sommes tous à cheval sur le detritus !

comment verdirait mon cœur avec la roche ?

je vivais une douce terreur en poète ma propre différence,- no mentior ! me lançait la dernière voix qui chantait. un éclair qui provoquait une hésitation dans mon esprit.

et si je recommençais à perdre mon latin étoffé de quelques mots, je lui confiais que je reviendrai à la terre et plongerai mes racines frêles dans celle-ci.

ding dong – ding dong !

la lune était rouge

et si de ce monde bureaucratique et obtus

je répondais par un autre rêve

je reste sans activité spécifique

l’autarcie me fait bander longtemps

et si j’éprouve le besoin de comprendre

seul l’aride parmi toutes les vérités m’est nécessaire

lorsqu’on est consacré à la grande heure sans secours

rêve, rêve, rêve… aux lassitudes du mur de brique !

et si les souffrances renouvellent nos découvertes 

j’ai grandi sans le vin des vignes et je m’appartiens

j’essaie de déloger les individus d’une idéalisation erronée

lorsqu’on vous dit que toute tentative est un échec

et si en une victoire nos rêves se concrétisent

ce n’est pas gratuit que l’anarchique ordre régnera encore en maître

le rêve commun n’est plus sans le concours du savoir vivre et des idées

l’horripilant est dans le clos de nos coquilles vides

avancez vers l’arrière plus que jamais !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s