Les coups

À Ghiles.

il n’y aura un jour plus un mot d’amitié, plus personne n’apportera de solution! je finirai seul et béat. ce monde gagne à tous les coups. Il gagne à tous les coups

je traverse une incessante lutte dans l’anonymat, cela n’empêche plus la mort de nous toiser. je reconnais son cartilage partout où je pose mes pas

j’aime l’enfance rude des Balkans, les apatrides et les vagabonds. ils disent que les justifier, c’est aimer. je n’en peux plus de vos sketches

je lève la parole

le chef de file d’un tandem d’enfer

une fête de la pluie

je me balade au sein des sons

primitifs

les gens se réjouissent plus de l’absence de Dieu. moi, je me remets à Lui pour qu’il les inonde de bienfaits, je me remets à Lui pour les malheurs

je laisse m’envahir l’onde d’une terrible tristesse, comme mourir un peu à ses idéaux, comme dans un éclair sentir le tressaillement du temps incréé

j’ai mal de ce qui reste suspendu entre nous, plus la force de me dresser tout contre! nos amis les vers reconnaissent la chair tendre des bienheureux

il suffit d’un cauchemar pour dévaster un homme

pourquoi Dieu fait la sieste!

une foi d’hyène

ricane le peuple

de Dieu

je ne m’aperçois pas de l’étendue du mensonge, des subtiles détournements et de nos différences… etc. la mascarade surtout perpétuée depuis le premier soleil

je n’ai plus peur des chiens dans les rues caverneuses et sombres, quoique ! j’adhère encore à tous les galimatias et je continuerai de jouer

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s