Au bord

à Sabrina.

soleil irradiant

sous un arbre

manichéen

demies tensions

itinérance au bord

moitié d’une clameur

lasse qu’à moitié de la lecture

retour à la dicté

cloche qui retentit

comme un dimanche des rameaux

baisers éternels d’une fleur

ciel qui s’étend de grisaille

ouverture basse et non plus déchainée

perspective et portes

dames qui feintent d’une tête

observent en dedans

à la lisière du chant

au parvis et merveilles que j’honore !

absente trainée au-delà du mémoriel

salut toison d’or du bélier

salut étrangère

je saute en plein milieu des châteaux de sable

et me salis les mains

Un commentaire sur “Au bord

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s