Dur de s’y mettre autant que de s’arrêter

du soir… , comme de la nuit

toute opaque, toute opaque, toute opaque, etc.

une transversale, géométrie de l’objet

que soufflent les vents !

que lave la pluie les souillures !

c’était presque religieux ce moment du petit bout de chocolat plein de saletés que l’on mangeait, – puisqu’on aurait tout essayé, même la perte !

il y aura toujours un orient à l’orient, une vérité à la vérité… mes yeux se tournent vers l’ouest, du moins pour la veillée du ramadan

reconnaitre le poète qu’il fut, c’est comme avouer son ascendance

dur de s’y mettre autant que de s’arrêter !

pour nos glorieux martyrs, on devrait appeler chaque maison de leurs noms ! on pousserait l’utopie encore plus loin

tchat – tchat, tchat – tchat – tchat – tchat – tchat,

tchat, etc.

je quitte mon rêve :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s