I

j’enfilais une veste qui me tenait chaud

le feu brûlait ma poitrine

me blottir tout contre était ma consolation

c’était du cœur

un jour de septembre après l’acte qui s’était joué à huit clos

je ne saurais être un pianiste

mais peut-être oiseleur !

j’extrayais de l’album hors du temps

une image entachée de remords, aussi

je livrais d’un vif regret mon malléable âme, une odeur

la vie chantait, – comment allait-elle bon train ?

plus que de raison, le tronc de ma peau

vieille ronce de la cendre des cités qui s’accumulait

ton tout en dépôt, m’était-il ami ?

comme ton départ qui laissait un vide

je sentais la fauche

comme le sucre de l’arc-en-ciel à saint-michel

parmi quelques ressemblances qui me faisaient sombrer

j’arpentais les ruelles fraiches et électriques

le rouge de l’étude

je me demandais quand et pourquoi philosopher ?

– lorsque le tragique du squelette à en devenir.

je voulais être du cours de la vie

de la lune

et de mes électriques effluves, un rêve

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s