Sclérose

une vague après tout ce temps perdu

je t’aimais dès lors

sur ton idéalisation, je partais très loin

entre tes garde-fous, je rêvais

je te voulais avec violence

je ne savais pas te voir autrement !

maux

gorgé

boiteux

filament

j’arrivais encore à sourire de mes amours défunts

de mes souvenirs parés comme une torsade de cheveux

une autre vague à l’eau : je ne m’ouvrais jamais à tes volutes sereines de la vie à deux, comme des passagères rencontres et leurs métamorphoses, semblables à du morse

tels étaient les paroles d’un poète grave et sublime

et ses renoncements !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s