je situais la chanson en parallèle de mes productions, hors de mon horizon

un album de Depeche Mode et une fuite était entrevue

j’écoutais, je convoitais, là où je m’aventurais…

je me demandais où était le débordement, en poésie aussi

la pauvre fiancée de nos jours sans un arrachement, ou un emporté

lorsque tout se valait dans le grand brasier, passant vrai au pied de rares montagnes, un vertige me prenait

tous les poètes décevaient leurs contemporains, un leurre de croire l’inverse

je me voyais comme un charbon, une ode au charbon

alimentant tous les foyers

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s