Au bois fleuri

j’écrase l’herbe pour bâtir un noir tipi, au bois fleuri. je me tiens sous la pénombre des jours en fuites, avec mon dos d’ours à trois pattes ! l’air est un charme à exclure :

je suis ton ange, tiens moi la main

je suis innocente, pardonne moi

souviens toi de nous

souviens toi que tu peux être libre

pars à la rencontre de vierges rivages

c’est un nouveau départ qui s’offre à toi

prends moi dans tes bras une dernière fois

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s