Une fleur de citronnier

à Fanny.

en dépit de ton silence qui m’écorche le sang

l’odeur du jasmin qui me blesse

blesse de mille morsures de serpents

la lune est une amie

le soleil est comme une fête

le jour décline morose

comme les mots que l’on ne peut rattraper

sur mes pays et loin de toi

je suis l’étranger

l’exilé du cœur

je revois par la fenêtre qui apaise mon esprit

le citronnier de l’enfance triste

les lourds portails qui te seront à jamais ouverts

comme me souvenant qu’il n’y a pas si longtemps…

dans La femme qui était un livre ¹

le poète ne te drague pas

lorsqu’il est triste

même si le poème t’envoute

plus qu’à voir – une ouverture

pour permuter, de se vivre

le mot qui me vient est séance

je referme les yeux dans tes yeux ! j’ouvre un ciel dans ton cœur ! tu n’as jamais cessé de partir, sans rien emporter de mon amour, sans quoi tout peut changer. j’espère ta venue

de t’aimer, je le crie partout, sauf vers toi ! l’étroitesse de mes pensées m’épargne moult soucis, monsieur Moult et la bosse d’un dromadaire dodelinent dans la ville !

1 ) Recueil de Marc Losson.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s