Lune

découpe éminente découpe corps je ne vais plus en ce monde je m’en retourne à l’entre deux : soi comme des parallèles

une image sans mots, – voulez-vous que l’on parle de ma tête, de mes dents et de mes tripes ? vers creusé oraison

je prenais acte de mon cerveau en voyant celle d’un mouton… sans rituel beurre et poêle sur le feu

comme un calque j’apprends du livre sur les défuntes amitiés

évite

ceux qui

suscitent

le regret

le paysage s’endormait sous nos paupières on s’endormait dans la voiture j’aurais dû à chaque réveil l’embrasser… même alors à l’extérieur

*

multiples voix – matières : tonalité

sacrificiel, un lépreux

de la nuit et du jour

traditions

enfance, souvenirs

cycle, recommencement

métaphore, strates

fiche, adresse, missive à soi

trou

lecture

passerelle

Marseille

modernité, réalité, scission

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s