Vieux monde

lorsque la nuit retombait de cendres

que le dernier banc d’étourneaux se mêlait au ciel

que les abeilles ruchaient

je faisais mes adieux à la carrière

je faisais mes adieux aux rivages adorés

voilà, j’étais perdu

les inquiétudes quant à mon avenir, perdues

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s