Reprises & Cie

une mésentente déjà si

jeune…

une mélodieuse s’en va

qui s’en va je ne sais où

avec ses opérettes si tragiques !

comment pourrai-je

oublier ?

rire et rire

avec toi frère, mon

frère-sourire

l’unique bien

qui me laisse comble

pour lequel je rends grâce à Dieu

est toi frère

frère-sourire

s’arrêter 3 min / 24 min

et se recueillir

et se vivre

lorsque tu es cerné d’impossibilités

avance le doigt, l’obscurité s’aplanira

ce que je dis a déjà été énoncé, par moi-même et les poètes à d’autres époques. comme à présent, ces signes-traîneaux qui se doublent ont déjà été déposés, sans préalable

c’est du peut-être à mon strabisme, – comment alors sortir du calque ? malgré tout, ce n’est pas avec ces brèves qu’il faudrait en parler, quoique cela n’a aucune importance

03/2011 – 09/2022

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s