Tout me ramenait à elle

cela commençait avec le quart de lune

mystérieuse et arquée

la sérénade des crapauds

une fraicheur retombait si douce

je voyais par chez toi

au-delà de la baie vitrée

les oiseaux dans la lumière de l’ouest

les crépuscules du soir si beaux

ensorcelé… , – j’étais comme

à l’adolescence 

ne m’en sortant plus

de l’effroi 

sans cesser de la réguler

l’air devenait lourd – pesant

comme mêlé à l’enfer

oh, quel triste sort !

– oh, revenir à un peu d’oxygène sir l’ingénieur !

je ne parlais jamais de mes effractions, comme pour une rencontre, lorsque tout commence. on aura été en proie. le temps d’un détour, – une couleuvre ? – je le pairai.

évidemment, c’était entre ses bras que mes nuits trouvaient secours, avec des mots. A. me rendait un homme, se tenait avec sa maison qui était comme à ses habitudes, habitée 

c’était bien ça, simplement et sans bavure qu’elle me rendait, aussi à moi-même. son corps se débâtait dans ma bouche sans bouche, si fortement. seul, d’un banale horizon

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s