Sans crier faillite

à Mourad.

la poésie

teintée du mal

la diffusion de la religion n’est pas en reste

sans quoi elles ne seraient pas visibles

hors moi, je dis pour qui !

combien même il concourt

pour le bien

pareil, d’où vient

le préjugé du poète infernal ?

un cran, symbiose

une part du paradis est en chacun

*

je combats des écailles une dague à la main

sans mes jambes

sans mes mots

de belles écailles !

trouvons un bon deal, la force tranquille

quelle foutaise de jeter son pied dans une flaque d’eau boueuse et froide

grave et soucieux sur le chemin de fer

un souricier !

aimons nos côtés spectaculaires

nos hors limites

c’est un genre que l’on se donne, ce minimalisme à la pierrot le fou !

comme les personnalités qui se construisent toutes seules

( les filles, aussi ! ).

*

il y a certaines choses qui doivent être dites, elles viennent, repassent, me visitent. de corriger, je crois apporté mon expérience et du temps, si ce n’est s’embourber au seuil de la forêt

les blessures de mon cœur sont énormes et parfois, je change d’épaule. quoi ajouter d’autres, sinon ? j’irai par les chemins… , et de mon dos ! bientôt, l’aube et les corbeaux qui croassent



Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Bienvenue dans mon atelier !

Articles récents

janvier 2023
L M M J V S D
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

Newsletter

Inscrivez-vous pour découvrir les derniers articles de blog et du contenu exclusif. Dans votre boîte de réception !

Adresse e-mail

%d blogueurs aiment cette page :