( Le jardin des solitudes )

A Joël.

qu’il tend son soul les ailes déployés

ou qu’il revivifie sa verve

transposant son regard de prince

sur les choses animées 

revues 

debout

qu’il garde son cul au chaud

ou qu’il veille sur les statues de pierre 

étouffant sous son duvet de plumes  

le divin souffle de la nature 

indifférente

hostile

un cygne blanc

un étang 

o cygne blanc !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :