Car, je flirtais si longtemps

à Thara.

au cours de l’année du singe

la deuxième se préparait aux mathématiques

il faisait encore nuit, je crois !

une atmosphère propice à la réminiscence

le professeur rentrait comme à son habitude

comme une percée dans l’odeur d’une étable endormie

les regards en un éclair s’échangeaient toutes azimuts

le crédule veillait à l’homogénéité de ses classes

un glock de sous le pantalon

n’en déplaise à l’inspecteur

les cœurs battaient forts

je tirais

la détonation anéantissait tout

le silence sanglant

plongeait

dans mes jours

l’oubli

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s