Conduire une danse

À la ville de Constantine.

du soleil à gogo qui se verse

il pleut dans le poste radiophonique

les phrases hachés des belles passantes et inconnues

le souvenir d’une aussi belle boursouflure

démarrer en quart de toi

la carriole flotte dans le contre espace de la rumeur

les renoncements successives et la reprise des rires francs

comme ceux qui rétrogradent la vie au point mort

la prochaine halte est le cimetière où reposent les ancêtres

en apesanteur entre le ciel et le caoutchouc des pneumatiques

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s