Les aînés de l’automne

qu’est ce qui fait bon vivre

sous le soleil

froid

et la lenteur des jours 

sans pareil

je me promet d’aller

sans faillir

au gré de mes envies 

et faire des vents

pour toujours mes aînés adorés

je voudrais revenir

comme un mouchoir blanc

aux temps anciens 

et humer le parfum des fleurs

du pays incertain

m’en sortir le cœur plein

de petites impôts

et me sentir

grandir

comme un homme éternel ! comme un long fleuve hindou !

quel autre pays

me noie

à l’aune de l’amour

avec ses habitants millénaires

qui insufflent la démesure

ô que mon beau pays me manque

dépouillons-nous…

et tâchons d’apprécier

la beauté de ce bas monde

comme les cormorans

or, entre les continuelles pluies

et mon apanage de brulures

la plèbe se lavent l’âme

sur des reflets poreux

d’une madrigal

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s