Hurluberlus

J’implore la pitié d’un toit qui s’écroule

quand je mets le premier pas, la terre bouge…

qui peut me délivrer de cette frayeur ?

Djaroua Allaoua Ouahbi.

mon étoile et moi, on construit un fantasque royaume pour autrui

mon étoile et moi, on change la face du monde depuis le berceau jusqu’à notre vie d’adulte

mon étoile et moi, on visite l’âme des choses comme vont les vagabonds qui puent hors des rails de la rue  

mon étoile et moi, on croit aux monologues intérieures et aux blanches boites en bois !

mon étoile et moi, on reste myope devant les cœurs des bons poètes qui tolèrent le vol et le crime

mon étoile et moi, on rêve d’un dieu parfait dans les toilettes et on dit : habité par un djinn. 

mon étoile et moi, on laisse quelques-uns sur la route et d’autres que nous ne reverront plus jamais

mon étoile et moi, on a des jours de cristal où l’orient est notre terre dilection

mon étoile et moi, on n’est pas ce caustique refuge où il fait bon de se taire, ô nos vieilles misères ! 

mon étoile et moi, on dilapide le bleu du feu et le sacré de Dieu l’innommé dans les solitudes des soirs de mai 

mon étoile et moi, on croit qu’il n’y a pas de dessein prédéterminé à l’envers du gant de la rumeur 

mon étoile et moi, on dévisage les présages retrouvées sous le ciel de nos appartements

mon étoile et moi, on souffre la prière des rats dans le monde nié

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s