Amphore

je prends une figue séche à l’huile

le soir j’improvise

je mélange excréments et urine

morve et croûtes des yeux

je me rafraîchie à l’eau de cologne

je rétablie les connexions

avec la saleté

avec la moisissure sur les murs et son odeur   

je me développe

je pue

de la transpiration sur la peau

du charbon entre les doigts de pied

j’ai deux temples  

j’ai un nez

de l’alcools

des cigarettes

une endive dans le frigidaire

j’ai une lettre à écrire

je mélange spermatozoïdes et salive

j’avale mes crottes de nez

je rote

je dilettante dans mon pet

le glauque à la commande

l’abjection du morbide

je ne me lave pas ( plus d’eau ou trop cher ! )

j’aime mon odeur de friandise

sous le seuil de la pauvreté

l’honneur des braves gens

je vais vers une fin olfactive

j’atteindrai les sommets bleus, peut-être  

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s