Jamais survolé

perdu

de ne plus se croire

le fils

pas de torts

que du ressentiment

me frappe

et puis l’horreur

la nuit qui assaille

solitudes

je pars…

sous le signe de l’adieu

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s