Tant que l’on t’écrit

à Fanny.

les arrières pays in-approchés 

traversés en surface 

défilent fort l’hymne

du chagrin avant l’exil

plus de là-haut – Laos ? 

rien d’imperceptible

délicatesse qui dénote 

comme un centaure qui descend

une plume qui s’étale pile 

au cœur de l’éblouissante disparate 

hôte qui la pleure 

et plane 

léger 

insondable comme l’air

les vents d’automne se contrebalancent

des volantes feuilles noircies 

d’épais nuages 

sur un arbre qui croît

comme tant de désirs irréalisés

entre les rires

d’amis 

j’ouvre mes yeux qui s’en retournent navrés

et je frémis

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s