Perceptions d’un intérieur

longue note

combles

homme fictionnel

vêtu d’une chemise ( trois boutons d’ouverts )

brettèles

ventre d’un poisson

fumait des gitanes

vaporisait les mots et frisait les étagères

pieds sur le parquet lourd

et crétin

près d’une veilleuse et de la fenêtre

orages d’été

femme éprise

doigts rouges et robe jaune à fleurs

jambes de poule, long cou et seins d’écolière

petites touches dévolues

oscillait devant le téléphone

dans la même pièce

échangeait un baiser comme frère et sœur

je n’ai pas de voiles blanches et de brume

la grêle m’appelle et s’y retrouve

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s