Trois saisons

grippe

ou la fuite des vents

mue et morveux

douceâtre comme les peaux

boulevards bordelais qui transitent

quais embrumés

retardataire et à l’heure

humeur à la Gabin

Un singe en hiver

ainsi qu’un anniversaire de l’anneau

dessous les tambourineuses étoiles

le présage d’une noyade

parce qu’il y a un soleil

les lendemains d’une noce

extrapolations d’un intérêt sous les lampadaires

Richard sa majesté des affaiblis

s’assoir sur un fauteuil mirobolant

proverbe et flasques abattis

tapis recouvrant les sexes

les blancs

dogme du piéton

une histoire à la barre

plaide encore pour les étoiles

Aurore file la fin de l’été

je me pouille sur le chemin des poètes

comme j’en croise de si vrai

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s