Dernière rescousse

nuit

et fugues

coulent quelque part

lentement

lamentable de n’y voir rien

seuls vos petits mots sous la véranda

vos germes

demeurent intangibles

tremplin d’eau et Amour

tenir

frissons d’un fossoyeur

je vous reconnais en chaque mot

êtes-vous en colère ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s