Invertébrés

sourires – une bouche

assentiment

l’eau arrose mes pieds nus

portail qui se ferme

arrière pays d’un été

*

fifti – fifti : sardines

focale sur une poche noire

préméditation

parapet entre toi et moi

cœur salé du soleil couchant

*

à deux ~ le soleil rallonge nos pas

d’inégale distance

un arrêt qui prend ~ roulis

frottements

entre les montagnes

*

de longs virages ~ au creux une source

la portière s’ouvre d’un râle

un ami pose sa main sur ma nuque

comme un gouffre de vomi

comme un parfum

*

renversé lorsque je pars ~ mêlée sous les parasols

intentions nubiles

continûment

une apeurée graisse les angles

qu’est-ce qu’il y a plus loin ?

*

au crépuscule ~ un port récent

me voici d’une appréhension

à l’horizon un oursin

dans sa main – une fourche

pérennement

*

un train pour chaque partir ~ à la fin du jour

une silhouette sur le quai 3

me sourit – une dribble

antérieurement

trois cris dans la baie et la pinède

*

retour sur l’île ~ un parachuté

atmosphérique

une envie d’outre-bleu – plafond

elle évite mon regard

depuis le guet

*

au pied du miroir un miroir ~ un soleil bossu

aspects de l’autre côté d’un noyau

rien ne m’aura vieilli autant – d’os ou de lames

retournement

indices des corps en maillots

*

quart de la vitre ouvert ~ cils salés sur mes paumes

brillamment

tous sur la faune brûlées

un mot qu’ils échangent – lointains

l’ombre aura fait mon jour

*

le chien me suit ~ et une ombre houle

bientôt une cabane ensablée – le grain

infiniment

tu m’embrasses dès l’à côté

ne résiste que l’asphalte

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s