Verve

je tiens au mot

: verve.

je me plains en mon cœur

aux trois horizons

insoupçonnés

dès lors

étonnant, il ne se passe presque rien. je continue de rincer la vaisselle, avec

cette eau que j’espère retrouver un jour

c’était un repas sans musique

de la fumée sans feu, – là, je salive

comme chercher le creux

sur une page

un Page

pareil, pas si longtemps

salir c’est évoluer avec

refusant de m’aventurer au centre, je me suis vue debout. sur une baie

derrière mon dos derrière mon dos… , un Coupépoème

effritement

où de la chaleur

condensée

inexorable

cendres

de gris

ciels

tropique

inféré

nous ne reverrons plus, mon tendre amour

plus jamais le jour plus jamais le jour

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s