Crocs d’un loup

à Rafik.

j’assemblais de mes doigts quelque part

comme tendre vers l’ensemble

l’ailleurs d’un commandement : vert.

mon cœur lasse m’accablait

je me recentrais

sous l’ombre d’un muret

soyons pour nous

soyons insaisissables comme les vents

comme les longs hurlements !

ne reconnaissant qu’une version de l’enfer sur terre

la peur de plaire

je connaissais de par le sang

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s