( La dualité des corps )

mon temps à lui

accepte les choses translucides

l’histoire de nos héros déchus

la femme des autres que l’on revoit jamais

l’échelle des trahisons

les chiens chauves qui hurlent

une fissure par l’intermédiaire

c’est d’abord son enfant s’exclama le turc

les aisselle de l’être aimé   

comme embraser les fleurs

la partie des mots ardus

la barbarie oubliée

une amulette qui couvre le flanc d’un cœur endormi

il désigne le soleil sur ta peau

( je dessine un soleil sur ta peau ! )

il rêve de l’oiseau mort qui pulsait

il renaît comme un sphinx sur mes lèvres parlantes

le souvenir des conquêtes  

il pleut de la neige douce

la terre adulte aux yeux prophétiques

je pense à l’empire de Russie en convoquant les morts pour rien, météo : 9 °C, vent NO à 13 km/h, 25 % d’humidité  

il manque cruellement de liquide comme de fer

il va sur la surface d’une aube nouvelle  

un navire sort à l’automne des déchirures  

les sept vents chahutent les oreilles

le ballet des matelots

les bateaux transportent du blé sous la grêle jusqu’à Saint Hélène

les coquelicots sont sous les pieds fermes du général

ازدواجية الأجساد

وقتي اليه
تقبل الأشياء الشفافة
قصة ابطالنا الذين سقطوا
زوجة الآخرين التي لا نراه مرة أخرى
مقياس الخيانات
عواء الكلاب صلعاء
صدع من خلال
إنه أولاً وقبل كل شيء طفله صاح التركي
إبط المحبوب
مثل إشعال النار في الزهور
جزء الكلمات الصعبة
البربرية المنسية
تميمة تغطي جانب القلب النائم

عين الشمس على بشرتك

!أرسم الشمس على بشرتك

يحلم بالطائر الميت الذي ينبض

لقد ولد من جديد مثل أبو الهول على شفتي الناطقة

ذكرى الفتوحات

إنها تمطر ثلجاً خفيفاً

الأرض البالغة بعيون نبوية

أفكر في إمبراطورية روسيا باستدعاء الموتى من أجل لا شيء، الطقس: 9 درجات مئوية، الرياح الشمالية الغربية بسرعة 13 كم / ساعة، رطوبة25 

ينقصها بقسوة في السائل مثل الحديد

يذهب على سطح فجر جديد

انزلقت السفينة في الخريف دموع

الرياح السبع يضايقون آذانهم

باليه البحارة

تحمل القوارب القمح تحت البرد إلى سانت هيلانة
الخشخاش تحت أقدام الجنرال

( Il est pour toi ! )

tu ne seras jamais sage… !

une étreinte comme un rêve qui dure jusqu’au soir

ce n’est pas la veille d’un jour de fête

je ne suis pas triste

au revoir ma ville, tu es mon obélisque

j’ai croisé de farouches reptiliennes, des formes et des couleurs jamais approchées, de franches âmes aussi aux longs cheveux. ils avaient des têtes qu’ils tenaient hautes et bizarres… au revoir gueule d’ange ! au revoir… !

tu m’as accueillie

et je crois que tu m’aimes !

je n’ai pas pris de plaisir à te voir en deuil  

un soir de tempête où j’étais seul  

je reste un petit péroire hermétique à la vie chère

au revoir le bleu du bord de l’eau

j’ai croisé des loups sous la pluie de mazout sur les quais, c’était ok pour ma vie, mon ange. des grenouilles dans le brouillard épais et sec, toujours sur les mêmes quais… au revoir chat de gouttière ! au revoir… !

je t’aime

et je m’en vais

je vais vers la porte

je reviens sur mes pas

je tourne en rond

( ou comment perdre pied ! )  

j’ai beaucoup menti

j’ai rêvé   

il y a de cela longtemps que je n’ai pas lu un poème

… que je ne me suis pas marié à un poème !  

( !إنه لكى)

!...لن تكون رزين ابدا
عناق كالحلم تدوم حتى المساء
انها ليست عشية يوم العيد
لست حزينا 
وداعا مدينتي ، أنتى مسلي
قابلت الزواحف الشرسة والأشكال والألوان لم تقترب أبدًا، وأرواحًا صريحة أيضًا بشعر طويل. كان لديهم رؤوس مرفوعة
 عالياً وغريبة ... وداعًا وجه ملاك! إلى اللقاء
لقد رحبتى بي
!وأعتقد أنكى تحبني
لم أستمتع برؤيتكى في حداد
ذات ليلة عندما كنت وحدي
ما زلت بيروار صغيرة محكم للحياة خالية
وداعا زرقة حافة الماء
قابلت ذئابًا تحت المطر النفطي على الأرصفة، كنت بأمان لحياتي يا ملاكي. الضفادع في الضباب الكثيف الجاف، دائمًا على نفس المنصات ... وداعا قطة الزقاق! إلى اللقاء
أحبكى
وانا راحل
أذهب إلى الباب
أتعقب خطواتي
أعود إلى نفسي
(أو كيف تفقد موطئ قدمك!)
لقد كذبت كثيرا
حلمت
لقد مر وقت طويل منذ أن قرأت قصيدة
منذ أن تزوجت من قصيدة...

( Les silhouettes de la scène )

il se trouve des gens bien

ils descendent en ville jusqu’à la fin des temps

elle est une passante

elle est en robe de soirée    

elle porte un secret

elle dégage une aura  

elle a le pas aérien      

elle lui sourit

( la douleur ne se pardonne pas, elle purifie ! )

elle parle à son désir de feu comme un éclair

elle aime en éclair et les yeux de feu

je rêve de mots que les dieux jalousent   

il suffit d’être l’enfant qui formule des souhaits

il s’arrête de jouer

il descend de la scène

il est sur la piste enfumée

il rejoint l’anonyme

il la trouve moins belle

il le sait

( j’ai cru entendre le mot citoyen ! )

le couloir que l’on arpente vers les coulisses sous les néons bleus

sur le mur est accroché un tableau, un western

je me tiens debout sur un rivage cimenté

je suis le rivage démantelé

أشباح المشهد

هناك أشخاص طيبين
يذهبون إلى المدينة حتى الاخرة
هي من المارة
هي في فستان سهرة
انها تحمل سرا
إنها تزفر هالة
لديها خطوة الهواء
تبتسم له
(! الألم لا يغفر ، إنه يطهر)
تتحدث عن رغبتها في النار كالبرق
تحب في ومضة و عيون النار
أحلم بكلمات تحسدها الآلهة
يكفي أن تكون الطفل الذي يصوغ الرغبات
توقف عن اللعب
ينزل من المسرح
إنه على المسار الدخاني
ينضم إلى المجهول
يجدها أقل جمالا
وهو يعرف ذلك
(!ظننت أنني سمعت كلمة مواطن)
الممر الذي نسير فيه وراء الكواليس تحت أضواء النيون الزرقاء
على الحائط معلقة لوحة وستارن
أنا واقف على شاطئ محصن
أنا الشاطئ المفكك

( Mardi, un jour de fête noire )

au revoir comme bonjour tout le monde

bonjour comme au revoir le monde

je voyage avec mon mal

un camarade que je porte dans une brouette

les moyens du bord : les tables retournées, les balles en plastique, les mitrailleuses en fer rouillé, les grenades en bois, les pierres de chantier, l’eau chaude des tuyaux d’arrosage… etc.

c’est des jeux d’enfant qui aiment l’incontournable guéguerre  

c’est bien que je m’en souvienne plus

je ne rêve plus, mon amour

je ne rêve plus tous les jours

une fille a vu ce que j’avais de meilleur en moi

je n’ai pas tenté de l’embrasser

un jour maigre, il n’est pas des moindres

l’air du solide les croates l’en emporter

les moyens du bord : dans le sublime de l’univers, dans l’encre rouge de magiques bulles, dans le sol qui se décompose ( on le voit le sol, alors plonge ! ) dans les premières impressions… etc.

c’est un lieu de force

c’est bien que je m’en souvienne plus

je ne rêve plus, mon amour

je ne rêve plus tous les jours

je rêvasse lorsqu’on peut bousiller un titan de sang-froid

même s’il fait froid

الثلاثاء يوم احتفال أسود

وداعا مثل مرحبا للجميع
مرحبا مثل وداعا العالم
أسافر مع مرضي
الرفيق الذي أحمله في منقلة

الوسائل المتاحة: طاولات مقلوبة رأساً على عقب ، ورصاص بلاستيكي ، ومدافع رشاشة من الحديد الصدأ ، وقنابل يدوية خشبية ، وأحجار بناء ، وماء ساخن من خراطيم الحدائق ، إلخ.

إنها ألعاب الأطفال الذين يحبون الشجار الحتمي
من الجيد أنني لا أتذكر
لم أعد أحلم يا حبيبتي
لم أعد أحلم كل يوم
فتاة رأت أفضل ما لدي
لم أحاول تقبيلها

يوم واحد نحيل, ليس هو الأقل

هواء صلب الكروات قعادة عليه
الوسائل المتاحة: في عظمة الكون ، في الحبر الأحمر للفقاعات السحرية ، في التربة المتحللة (يمكننا رؤيتها على الأرض ، لذا نغطس!) في الانطباعات الأولى ... إلخ.
إنه مكان القوة
من الجيد أنني لا أتذكر
لم أعد أحلم يا حبيبتي
لم أعد أحلم كل يوم
أحلام اليقظة عندما يمكنك أن تفسد عملاقًا بدم بارد
حتى لو كان الجو باردًا

( Charivari )

je me lève tôt et dors de-même

le rythme dans la peau

les tocs

des tocs en toc

par Beethoven l’héroïque

je ne suis pas beau

– pourquoi l’enclume et le marteau ?

quatre murs et deux plumes

et des gens qui l’aiment

de-même

la route est coupée

comme pour le Kilimandjaro

je me rends aux ritournelles

– comme j’étais amoureux et bien !

la poésie et les copains perdus

tout cela se noue

bien que la solitude

mes ballerines, pardonnez-moi… !

l’âme des éphémérides

– je reprends le fil du souvenir

or moi, je vis le rêve d’un étranger lointain

qui n’aime plus le funèbre costume de vos saluts

تشاريفاري

أستيقظ مبكرا وأنام نفس الشيء
الإيقاع في الجلد
التوك
توك مقلدة
بواسطة بيتهوفن البطولي
أنا لست جميلة
لماذا السندان والمطرقة -
أربعة جدران وريشتان
والناس الذين يحبونه
كذلك
الطريق مقطوع
الشيء نفسه بالنسبة للكيلونجارو
أذهب إلى لازمة موسيقية
كيف كنت في الحب و فى غاية السرور -
الشعر والأصدقاء الضائعون
كل ذلك مقيد

على الرغم من الوحدة

...راقصات الباليه، اعذرني من فضلكم
روح التقويم الفلكي
أستأنف بخيط الذاكرة -
لكن انا، أعيش حلم شخص غريب بعيدًا جدًا
الذي لم يعد يحب زي الجنازة لتحياتكم

( Ne dites à personne que je l’aime )

les airs de ballade chétive

les yeux terreux

il fuit sur sa table d’écolier

un chien imaginaire crabote

le cœur crève en saccade

la ville des lumières

kingston capitale

un bassin bleu entre les yeux

elle m’a pris par la main

je pense à elle

à l’autre

chanter Si Mohand Ou Mhand

le voile d’or du matin

tonner comme les oiseaux

la montagne au dos courbé

la brume avale tout

la plupart de ce qui ne doit pas être dit ?

l’habille de l’absence

une voix qui implore

rien n’est éphémère

je t’ai aimé

tu étais un ange  

je ne fais plus grand-chose

j’ai perdu l’envie, comme je t’ai perdu

لا تخبر أحدا أنني أحبها

أجواء أغنية رديئة
عيون ترابية
يهرب على طاولة مدرسته
الكلب وهمي كرابوت
ينفجر القلب في رعشة
مدينة الاضواء
كينغستون العاصمة
حوض أزرق بين العينين
أخذتني من يدي
أفكر بها
في الأخرى
غنى سي محند أومحند
الحجاب الذهبي للصباح
رعد كالطيور
الجبل الخلفي المنحني
الضباب يبتلع كل شيء
وأكثر ما لا يجب قوله
لباس الغياب
صوت يتوسل
لا شيء سريع الزوال
أحببتك
كنتى ملاكا
لم أعد أفعل أي شيء
لقد فقدت الرغبة لأنني فقدتكى

( Les fibres )

À Naelle.

un front pale éclaire le ciel

les yeux rouges se posent comme neige

c’est un lièvre qui dort dans les bois

le noir maudit dans l’espace entrouvert

il aime la danse

il aime tourner en aval

il aime les vents de sa tête

les caresses sur le visage fiévreux s’espacent

et elle boit de l’eau à la coupe des arbres pleurants

la mystérieuse ode des arbres que l’on reprend

il descend et suit l’ondulation de leurs vagues

les pensées inavoués

les jardins d’amoureux

les fleurs qu’il ne connait plus

les larmes de l’enfant ont des parfums de lavande

comme une rose en pierre sculptée par les vents  

la peau mièvre se torture à ne plus s’offrir

comme une maille mutique et de l’amour

elle ne rit pas avec les écrans

elle court sur les champs d’avoine

elle ne reverra jamais ses parents

le jour murmure pour clore

les feuilles tremblent à l’automne de la solitude

ألياف

جبين شاحب يضيء السماء
عيون حمراء انحطو مثل الثلج
إنه أرنب نائم في الغابة
الأسود الملعون في الفضاء المفتوح
يحب الرقص
يحب أن يتحول نحو المصب
يحب رياح راسه
تصبح المداعبات على الوجه المحموم أقل تكرارا
وتشرب الماء من الشجر الباكي

القصيدة الغامضة للأشجار التي نعيدها

ينزل ويتبع تموج موجاتهم

أفكار خفية
احب الحدائق
الزهور التي لم يعد يعرفها

رائحة دموع الطفل مثل اللافندر

مثل وردة حجرية نحتتها الرياح

الجلد اللطيف يعذب نفسه حتى لا يقدم نفسه
مثل شبكة موتيك والحب
إنها لا تضحك مع الشاشات
إنها تجري في حقول الشوفان
لن ترى والديها مرة أخرى
يهمس اليوم ليغلق
تهتز الأوراق في الخريف الانفراد

( Une souris )

un champ

dans le trou

une souris sourit  

en dessous de tout

flou

étrange

l’odeur de nourriture

aux alentours de la gnôle

incompréhensible détresse

elle est bête

elle n’est pas verte

les gens la déteste

elle fait des choses insensés

une écriture décharnée  

dedans ou à la lisière

un refuge isolé

tumulte

la vie est un poème inarticulé

au bout du nez  

le souffle court  

chutes et fracas

les temps sont durs

artificiels

les voisins souris

cela concerne son suprême

il occupe tout

l’air n’a pas d’espace

une fiancée éconduit  

quelque chose de détaché

plus de retour possible

la pluie ne nous rassemble plus

nous n’espérons même pas le jour

الفأر

حقل

في الحفرة

يبتسم الفأر

تحت كل شيء

طمس

غريب

رائحة الطعام

حول هناك كحول

محنة غير مفهومة

إنها غبية
إنها ليست خضراء
الناس يكرهونها
فعلت أشياء مجنونة
كتابة قاحلة
في الداخل أو على الحافة
ملجأ بعيد
ضجة

الحياة قصيدة غير مفصلية

في نهاية الأنف

النفس قصير

السقوط والتحطم

الأوقات صعبة
مصطنع
الجيران فأر
هذا يخص صاحب السمو
يحتل كل شيء
الهواء ليس له مساحة
خطيبة مرفوضة
شيء منفصل
لا عودة ممكنة
لم يعد المطر يجمعنا
لا نتمنى حتى نهار

( Une longueur de désavantage )

À Ghiles.

le poète rentre souvent seul le soir

il se baigne de crépuscule extasié

une sourdine affreusement communicante

le poète rentre souvent seul le soir

une cloche qui oscille la corde

elle est une abeille aux mille visages de femme

le poète rentre souvent seul ou mal accompagné

puisqu’il il faut vraiment mourir de tristesse

on se déguise pour finir

on joue l’histoire contemporaine du Je

puisqu’il faut vraiment mourir

un doigt caresse les breloques

le diadème d’argent qui nous honore

puisqu’il faut vraiment écrire un poème

13/14 février 2019, à Bordeaux.

( Elle s’appelle Constance )

À Nassima.

de tous les charmes confondus

je bravais mon cœur corrompu

sentant la bref musique

un signe d’aucun recours

comme faire une nique

aux fidèles m’amours

le temps de mes premiers amours

je cachais une passion de toujours

c’est l’étreinte d’un commis voyageur

c’est les sandales de l’orphelin choyé

c’est l’imaginaire d’une fille que l’on regrette

c’est la pièce où il n’y a aucun spectateur

par un ailleurs…

nous nous fichons de vos exploits !

( Refrain rock and roll )

je suis un garçon bien

et de bien

qui le fait et le savoure

quand je peux…

je suis un garçon bien

comme il faut

qui le fait et le savoure

quand je peux

un ange

je suis un garçon

tout comme il faut

et de bien

qui le fait et le savoure

quand je peux

le mal, je le repousse moyennement

comme un ange médiocre

je suis un garçon

comme il faut

et de bien

qui le fait et le savoure

quand je peux

je repousse le mal moyennement

une sorte d’ange médiocre

laissez-moi dans ma caverne

il y a un petit feu, une ombrelle… etc.

( Chiche pour nos yeux )

comme une pluie aux couleurs d’essence

comme un fruit gorgé de soleil

morsures

goyave

papaye des vents

ils me transpercent en équilibre

ils me fêtent chancelant

je voyage et que je me taise

qu’avons-nous rêvé de mieux après Arthur De La Sierra ?

comme un dépourvu d’explicite

comme une mystique du voyeur

archipels

Cancun

au fait des muses

avec les fuites urinaires il y a Dieu

il y a les fluides

je voyage et que je me taise

qu’avons-nous rêvé de mieux après l’Amour Du Dissolvant ?

je rejoins le calme des frênes

je rejoins le rêve d’une salamandre coquette

( Ma muse me parle parfois… )

ma muse me parle parfois des petits riens

ma muse me parle parfois de la nourriture

ma muse me parle parfois du vrai

ma muse me parle parfois de l’invraisemblable

ma muse me parle parfois de la beauté       

ma muse me parle parfois de l’endroit     

ma muse me parle parfois de l’envers

ma muse me parle parfois du commerce       

ma muse me parle parfois de la justesse

ma muse me parle parfois de la musique

ma muse me parle parfois de l’improbable  

ma muse me parle parfois du désir

ma muse me parle parfois du manque

ma muse me parle parfois du délire   

ma muse me parle parfois de la raison      

ma muse me parle parfois du souffle 

ma muse me parle parfois des états de grâce

ma muse me parle parfois de l’anonymat

ma muse me parle parfois de la liberté

ma muse me parle parfois de la danse

ma muse me parle parfois de la sexualité    

ma muse me parle parfois du rêve

ma muse me parle parfois du mensonge

ma muse me parle parfois de la mort

ma muse me parle parfois du doute

ma muse me parle parfois du réel

ma muse me parle parfois de littérature

ma muse me parle parfois d’humour

ma muse me parle parfois de l’aventure

ma muse me parle parfois de la souffrance

ma muse me parle parfois d’elle       

ma muse me parle parfois de la Taouba ( plus souvent que l’on ne croit ! )  

ma muse me parle parfois d’amour ( moi, je ne crois pas trop à tout cela ! )

( Il était une fois Facebook… )

j’aime ma vie

j’aime la vie des autres

j’aime les Antilles, même si je m’y suis jamais rendu

j’aime les acrobates

j’aime ta peau

j’aime le ciel et les nuages

j’aime l’eau et le feu

j’aime le noir et le blanc  

j’aime les gravas dans les jardins

j’aime le rouge de l’aurore

j’aime les accords dans le désaccord

j’aime la nouvelle vague

j’aime le temps consacré aux amours

j’aime le jazz

j’aime la mousse des vagues dans la peinture

j’aime une grenadine glacé les après-midis d’été

j’aime le tabac brun

j’aime les ombres chinoises

j’aime les âmes grises

j’aime les Biker même s’ils puent la bière et la pisse   

j’aime les filles non pas celles qui refusent une offrande

j’aime les mystères sacrés

j’aime les miracles

j’aime les plantes et les animaux

j’aime les tuniques et les sabres

j’aime les fêtes galantes

j’aime les contes pour enfant

j’aime la prière

j’aime les mots doux et cléments

j’aime toutes les choses singulières

j’aime les battements de mon cœur

j’aime les bicyclettes

j’aime les appareilles connectés

j’aime lire et dormir

j’aime écrire

j’aime la poésie qui fait de l’ombre  

( Sacrément épique )

tu existes

je crois connaitre

tu habites

j’habite ton cœur

je me balade dans les rues de Tokyo…

tu penses à ce jour dans le vague de l’esprit

c’est déjà penser l’avenir, il suffit d’aller de l’avant !

Dieu, Dieu, Dieu, Dieu…

il y a du vent  

tu as

parce que je dis

tu dis

parce que j’ai

tu penses à cette nuit et ses vastes espaces inexplorés  

c’est déjà penser la mort et ses pulsations !

Dieu, Dieu, Dieu, Dieu…

il pleut

la folle croisière est drapée   

la fin de son onde n’est que dédoublement   

( Épiphane )

oscar le vent et épiphane

marcher

vermines

laine effiloché

porteuse

secret

encens

doigts fins

grisette

histoire

fraude

suspendre l’étreinte

la déesse des buissons et des rivages salés

amoureux fou

cavalière

affreusement

flanc ossivore

éphéméride

il aime le mot éphémère

coûteux pour l’enfant

m’abreuver

ciel

argent armorique

couver

âme esseulée

les eaux troubles sont peu profondes

images

féerie

satellite

converger

couple

filet d’horizon

maison des vacances

poisson

querelles

hiver

bois chaud

s’éternise

la nuit tombe sur l’étoile des loups

grave dans l’esprit du marbre le visage de son invraisemblance

… et fait au plus vite !

( De jour comme de nuit )

toi avec moi // moi avec toi

le jour avec la nuit // la nuit avec le jour

la nuit cédant au jour // le jour cédant à la nuit

moi sur toi // toi sur moi

entre toi et moi // entre moi et toi

le soleil célébrant la lune // la lune célébrant le soleil

un peu de toi // un peu de moi

le jour dans la nuit // la nuit dans le jour

la lune pleurant le soleil // le soleil pleurant la lune

te mentir à toi // me mentir à moi

toi ou moi // moi ou toi

été comme automne // automne comme été

le jour glisse sur la nuit // la nuit glisse sur le jour

toi en moi // moi en toi

toi malgré moi // moi malgré toi

toi sans moi // moi sans toi

là, le jour gît // là, la nuit gît

désirant de toi // désirante de moi

croire en toi // croire en moi

l’eau et le vin // le vin et l’eau

vénus pour mars // mars pour vénus

toi et moi // moi et toi

chienne // loup

nous

( Catalyseur )

royaume du sud

écouter

radio

voix pétillantes

interférences chaudes

de la pise à boire

insoluble

âge

rareté

organisation

cascades

idée

grève

gouffre fécondé

réceptacle

se ressemblent

flâner

friandises

étude

boucles

le monde est féminin

accueillir

étrangers

passeport

noirs

désert

plusieurs sud

âmes en peine

immense silence

sable

gamme

danser avec les vents

des antennes sur du béton

tout comme

têtes enrubannées

fraîcheur

à l’affût

proches

le faire généralisé

la présentatrice est une fée

philosophie

banaliser

catalyseur

le monde est tellement plus encore

la quête d’une psychologie du chameau vieille comme le monde

je débarrasse la table

( L’aïde )

avalanche d’eaux

circuit court

l’été

sublimation

visible

astre

corne de gazelle

afrique

lait

exil ou exit

dans le fond

les maîtres sont bavards

naître

chant

enchanteurs

terrorisme de la joie

courroucer

baleines

lance au pied

vents emportés

accolades

baisers

une musique de fond comble les Assis

des ballades, de toutes petites balles tremblantes sur mes lèvres… !

( Une toux )

la toux d’un druide

les hagards

fluide

aussi vite !

il y a des regards

des amarres

soulève

soulève les torrents

passe le temps qui cloque

mégère

prendre l’air

rapide et légère

est-ce que tu me vois ?

choque

face à la beauté

fauve

suspendu

se prend le pavé

songeur

communique

mais où suis-je ?

les états d’âme du corps, personne ne regarde ni n’approche

personne n’accroche… !

( Consignes )

conteneur jaune :

aiguille

bistouris

intranules

épicrâniennes

brocards

tout objet tranchant ou piquant

activité cérébral

des fougères en plastique, l’odeur d’un hôpital me revient familière

sachet noir ( daom) :

emballages

papiers

ordures

j’aurais pu écrire mes idées de ce matin

ancien vertige: si la justice divine existe, à moi elle me fait peur

sachet jaune ( dasrl) :

compresses

seringues gants

sparadrap

coton

perfuseurs

transfuseurs

ampoules

tout objet souillé

il y a un théâtre de bêtise qui résonne

comme presque tout qui tombe dans la mémoire

( L’élégante )

l’extase réinventé

le maudit

nuages

forme

yeux d’ivresses

acide

étrange

lenteur bleuté

carma

courbe

s’incline

arc fibrille

elle avait des boucles de cuivre

l’esprit des conteurs

les sons nocturnes

merveille

découverte

au porte d’une ville

enfant = marron

noir papillon

nos héros immobiles

pieds de pierre

mystère

s’offre un dissous

captive

mille baisers complices

celle qui attend le lever du soleil

ne regrette pas la fête

( Merci… )

les chemins du cœur… merci pour votre bénédiction !

les pluies noirs providentielles … merci pour votre bénédiction !

les offrandes … merci pour votre bénédiction !

la danse euclidienne des fourmis … merci pour votre bénédiction !

les écritures… merci pour votre bénédiction !

les femmes voilés à l’ignorance … merci pour votre bénédiction !

les soleils les lunes les étoiles … merci pour votre bénédiction !

l’amour … merci pour votre bénédiction !

les dépouilles sur nos genoux … merci pour votre bénédiction !

les grillons d’été … merci pour votre bénédiction !

les rêves … merci pour votre bénédiction !

la voix des neiges … merci pour votre bénédiction !

les yeux des poissons d’or … merci pour votre bénédiction !

les scarifications … merci pour votre bénédiction !

les deux mains … merci pour votre bénédiction !

la transparence des deux mondes … merci pour votre bénédiction !

les autoroutes du ciel … merci pour votre bénédiction !

les solitudes … merci pour votre bénédiction !

les visages de la créature … merci pour votre bénédiction !

les maladies … merci pour votre bénédiction !

les arc-en-ciel … merci pour votre bénédiction !

le libre arbitre … merci pour votre bénédiction !

les montagnes bleues … merci pour votre bénédiction !

les chutes … merci pour votre bénédiction !

la faim … merci pour votre bénédiction !

l’oubli … merci pour votre bénédiction !

l’eau … merci pour votre bénédiction !

j’espère la lumière de l’éternel

la foi du cœur éclipse les semblants de ce bas monde

( Expérience )

écrans

se sentir utile

dernier écran

une passion

les deux mains dans les poches

fruits

lune de miel

dernier fruit

une passion

plusieurs vies dans une vie

pierres

s’en sortir

dernière pierre

une passion

déjeuner sur l’herbe nue

cartes

porte à porte

dernière carte

une passion

voir venir la fin des haricots

costumes

fêtes savantes

dernier costume

une passion

un chien sent mauvais

sandwichs

trottoir

dernier sandwich

une passion

il faut gâter le gros

feux

chocolateries

dernier feu

une passion

rentrer à cinq heure du matin

voyages

un souhait d’enfant

dernier voyage

une passion

sous-vêtements de petite fille

toiles d’araignées

un châle entre les mains

dernière toile d’araignée

une passion

un peu plus en confiance

plateaux

de l’altruisme aveugle  

dernier plateau

une passion

une vie dans une valise

relationnels

découverte du ciel immense  

dernier contact

une passion

respirer la bêtise gratuite

une plume

survivre

dernière plume

une passion

la poésie est une expérience

( Débutant tardif )

dans l’un de mes voyages // dans l’un de mes romans

j’ai appris

qu’il n’y a pas que la bourse dans la vie

qu’il n’y a pas que les bons et les mauvais, le bien ou le mal

je ne suis personne // je suis de toutes les douleurs

j’aligne des lignes à l’encre de mon sang

comme maintenant // comme avant

l’esprit de ce chant est un adieu

j’existe dans la contemplation // j’existe dans l’amour   

je me ballades dans les rues d’une ville irréelle

leurs âmes m’habitent //  j’habite mon cœur

les soirs : triste et seul 

chaque soir je meurs // chaque matin je me relève

je sais qu’il n’y a plus d’espoir

chaque soir je meurs // chaque matin je me relève

je sais qu’il y a une lueur

je suis l’esseulé // je suis Tahen

désespérément  

le bureau des réclamations est sourd // le bureau des lamentations est aveugle  

nombreux ceux qui prennent la mauvaise tangente

je tourne à gauche // je tourne à droite

sur moi-même

j’envisage le centre // je me dégage

pour être multiple  

je sors // je rentre  

ma voix se trouble dans les foires aux manèges

elle exhume de l’ombre // elle exhume du tabac ( sans mousqueton ! )

je transpire de la gêne // je transpire du poème

j’attends quelqu’un qui me serre // j’attends quelqu’un qui me soulève

je suis un être en difficulté

puisque inadapté à la vie en société

je suis né pour tout voir // je suis né pour tout entendre

le Coeur Intemporel bat fort dans ma bouche

qu’il ne peut s’exprimer convenablement // qu’il ne peut vivre musicalement

c’est l’automne dans ses derniers retranchements

qu’est-ce qu’on serait sans une tasse de café

je me réalise en rêvant // je me réalise en chantant

comme les oiseaux

je respire encore grâce à l’art // je respire encore grâce à ma famille

je ne suis bon que dans le malheur

je prends la feuille // je vois un bureau

je prends le stylo // je vois une lampe

si seulement j’avais une assise …

j’écris: je bois // j’écris: je perds

de l’eau rouge coule dans les estaminets

j’écris: je l’aime toujours // j’écris: je suis perdu à jamais

j’écris les lettres dans le vide des mots

proche de monsieur m’amour qu’elle me fuit

que rien ne change // que rien ne s’améliore

je touche parfois

de mémoire son corps // de mémoire sa transparence

j’écris le blasphème // j’écris le mensonge

pour son amour // pour sa colère

est-elle seulement présente derrière ce filtre

douceur !

je suis fatigué de vivre // je suis fatigué de mourir

je claque la porte du grand hôpital

à l’air libre par Votre faute // à l’air libre pour les autres

l’horreur des enfers est peut-être sur terre

à quels moments nos actes prennent leurs sens

non-être // être

nous en tirons des satisfactions

j’ai gagné la poésie // j’ai gagné sur mon être

rarement du côté de la vie // rarement du côté du ressentiment

à la nuit tombée

tant qu’il y a à faire je suis de ce rafiot

tout en restant humain // tout en restant digne

les crins ondoyants // les plumes soyeuses

j’incarne les noces de l’enfer et du ciel

je suis peut-être fou // je suis peut-être poète

dans le délire amoureux // dans la folie créatrice

je veux raconter les fées // je veux conter les ogres

les sorciers ont plus d’un tour dans leurs sac

si je veux imploser // si je veux me disperser

je ne suis mauvais que dans le travail

j’ai fait l’amour à des pierres // j’ai fait l’amour à une fleur  

à qui viendrait l’idée de s’envoler

comme les promesses d’orage de cet été

qu’est-ce que je dis // qu’est-ce que je déterre 

pour fondre vos oreilles endormis // pour briser vos cœurs d’or en éclats

je perce vos angoisses profondes // je creuse vos peureuses argiles

il adviendra des rires fleuris // des rêves à fleurir de rire

j’écris

quand les mots se dérobent du mot

quand le port de la mémoire

quand le sucre de l’œil

quand tout revient au même

quand la fièvre d’amour

quand la respiration me fait halte

j’écris le murmure du cœur // j’écris l’analphabète du trait

( L’oxygéné )

: 1

une chose

un être à la dérive

d’une mémoire surannée

parachevé par ses aînés

il était à peine né de ses rêves

ce n’est pas une lourde médecine

ni une conscience d’Intermarché

dans une cadence confuse et folle

ses monts étaient positifs

 : 2

quel piètre poète

est-il empêtré ?

sourd aux vents sourd à la vie !

des fuites et j’oublie

il a énormément perdu

il voit le revers d’une vie trop bruyante

de leur noirceur son caractère s’endurcie

il n’a pas renoncé

il a refusé de vivre

 : 3

seul

désolé de tout

désolé de la vie

de la vie qui ne va plus

des étoiles qui ne brillent plus

il laisse dire et faire

il n’y a pourtant aucune frontière

relégué dans un sous-sol

il voit du plomb tacheté de lumière

: 4

il reste téméraire

comme un vieux reste de goût amer

une espèce d’égout dans la gorge

sans caprice et délusoire

il s’accroche à rien et à des semblants d’une vie

il s’accroche au tout et à l’ennui souhaité

son cœur est un sentier

toute son histoire tient sur ces fils

le mieux c’est qu’il ne sait pas mourir

: 5

il est conté

suspect supposé

il n’est toujours pas

versant d’un cœur détruit

tout s’effrite et fuit

l’asphalte appelle à l’œuvre les palmiers transportés

la tête en dehors des sombres couloirs

il va où vont les poètes

le palais des oubliés

: 6

il se lève

ce n’est pas la forme

il jette un coup d’œil dehors

rien n’a changé depuis la veille

rien ne prédéfini ses actes

il croit qu’il est 10h34

il a encore peur de ses mots

qui s’opposent

il n’y a peut-être aucun chemin pour lui

: 7

sur une sphère hors du monde

il regarde les murs animé

et projette sa colère

il faudrait un grand cœur qui irradie sa mémoire

le sol moite s’ouvre devant lui

il devine le noir des ombres

l’enfant en lui s’éloigne

l’enfant en lui veut mourir

sa mort est inéluctable

: 8

sa vie chante une cantate

un vaisseau fantôme qui vogue

très mécanique et très versatile !

il est le royaume aux portes fermées

sa trentaine se précise

il suffoquait dans les années quatre-vingt-dix

l’avenir est le temps des étrangers

espèce de vieux chaman !

il rit avant de finir

: 9

sa sueur est un nectar

il est le bâtisseur de montagne

il porte ses mains sur un nouveau visage

d’une lenteur… !

il a le sommeil léger des condamnés

il a tout démenti

désormais il ne répond plus de rien

comme les pas à pas d’une corolle

une fleur qui perd son âme

: 10

il n’a souffrance aucune

les tombeaux de sa tête se figent

la part de lumière dans la Ténèbre

la noirceur qui traverse la lumière

tout équivaut à son Dieu

il prie les anges et les prophètes

il se souvient de la crête de son être

il revoit le commencement des jours

la fin du poème

: 11

il vit une lutte incessante

il ne connait que le travail

et rien n’est bâti

combien de temps avant l’achèvement

il n’est jamais en paix

ses mouvements sont irascibles

conscient du peu qui lui reste

il va prendre ses distances

et du repos

: 12

du fer antique

réduit compact martelé

une taule de voiture froissée

tout au long du noir sillage

votre sombre esprit vous quitte

vous le devinez dès les matins bleus

aux lenteurs et aux gestes approximatives

vous vous enlisez dans les confections intérieures

voyez qu’il se trouve des gens bien

( Hurluberlu )

… j’implore la pitié d’un toit qui s’écroule, quand je mets le premier pas, la terre bouge… qui peut me délivrer de cette frayeur ? «  Djaroua  Allaoua Ouahbi.    

mon étoile et moi… on construit un fantasque royaume pour autrui

mon étoile et moi… on change la face du monde depuis le berceau jusqu’à notre vie d’adulte

mon étoile et moi… on visite l’âme de toute chose comme vont les vagabonds qui puent hors des rails de rue  

mon étoile et moi… on croit aux monologues intérieures et aux blanches boites en bois !

mon étoile et moi… on reste myope devant les cœurs des bons poètes qui tolèrent le vol et le crime

mon étoile et moi… on rêve d’un dieu parfait dans les toilettes et on dit : habité par un djinn 

mon étoile et moi… on laisse quelques-uns sur la route et d’autres que nous ne reverront plus jamais

mon étoile et moi… on a des jours de cristal ou l’orient est notre terre dilection

mon étoile et moi… on n’est pas ce caustique refuge où il fait bon de se taire, o nos vieilles misères ! 

mon étoile et moi… on porte le bleu du feu et le sacré de Dieu l’innommé dans les solitudes des soirs de mai 

mon étoile et moi… on croit qu’il n’y a pas de dessein prédéterminé à l’envers du gant de la rumeur 

mon étoile et moi… on dévisage l’automne et les présages retrouvées sous le ciel de nos appartements

mon étoile et moi… on souffre la prière des rats dans ce monde nié

( Sonnet fétiche )

Alors qu’eux étaient pour une poésie du crépuscule. Pour une poésie de la nuit. Nous autres nous défendons une poésie de l’aurore.  » Manifeste 1963. Nicanor Parra.

– a,- a,- a,- a,- a,- a,- a,- a,- a,- a,- a,- a

– a,- a,- a,- a,- a,- a,- a,- a,- a,- a,- a,- a

– a,- a,- a,- a,- a,- a,- a,- a,- a,- a,- a,- a

– a,- a,- a,- a,- a,- a,- a,- a,- a,- a,- a,- a   

– a,- a,- a,- a,- a,- a,- a,- a,- a,- a,- a,- a

– a,- a,- a,- a,- a,- a,- a,- a,- a,- a,- a,- a

– a,- a,- a,- a,- a,- a,- a,- a,- a,- a,- a,- a

– a,- a,- a,- a,- a,- a,- a,- a,- a,- a,- a,- a   

– a,- a,- a,- a,- a,- a,- a,- a,- a,- a,- a,- a

– a,- a,- a,- a,- a,- a,- a,- a,- a,- a,- a,- a

– a,- a,- a,- a,- a,- a,- a,- a,- a,- a,- a,- a

– a,- a,- a,- a,- a,- a,- a,- a,- a,- a,- a,- a

– a,- a,- a,- a,- a,- a,- a,- a,- a,- a,- a,- a

– a,- a,- a,- a,- a,- a,- a,- a,- a,- a,- a,- a

je n’ai rien d’autre à ajouter…

( El Hafiya )

enfance

déchu  

des dents blanches

deux nerfs

ton sourire sur le mien

un chat ( je pense à la sexualité d’un chat ! )

les jours passent

vient l’été

tes yeux et des ailes

or et aurore se couchent

un coup s’entend

un autre coup de poudre

bouquet de fleurs

boisson

une rose ou une violette

de l’arbre monte

ou aller ?

une eau et du lait  

panorama

les corps flottent inertes

l’herbe est un masque d’eau magique

ainsi commence et finie la vie d’un prophète  

( Dans l’heure )

À Chouaib.

 » Les Revenantes » ©anitaa 2015

je rêve de faire un long voyage au-delà des dunes et choir sur place que par affliction, je commanderai aux fleuves hors des lits, tout en étant pur et cruel

je rêve de recevoir un versé comme une goutte d’eau dans les profondeurs de l’Etna

je rêve que l’être qui habite mes cottes me quitte pour mieux me revenir et que les geôles cautérisent

je rêve d’être le Père Noël avec des lutins en gélatine verte au service des enfants du monde entier

je rêve de contempler le ciel rougeoyant comme une confiture de fraise, et pour moi, les nuages légers s’entrouvrent comme les petits sachets de caramel au beurre salé

je rêve de tomber dans un rêve et de ne plus jamais m’éveiller

je rêve de retourner en enfance avec l’idée de courir encore plus dans tous les sens

je rêve d’une excursion sans attache comme un bon homme devant son café crème, – dring dring ! et l’excursion arrive

je rêve qu’un jour un être me parle de la poésie

je rêve d’une troupe oxygénée aux victoires saillantes ivre de leur gloire passée et je chanterai, oui, je chanterai de tout cœur avec eux sur les routes du ciel

je rêve de voir deux lunes argentées entre des colonnes antiques comme un double templier

je rêve de faire partie d’un groupe de free jazz sur scène et je serais à la trompette

je rêve de noircir des pages de mes petits rêves poétiques et les anéantir par le feu

je rêve de participer à un colloque d’écrivains et de poètes dans le désert froid d’Éthiopie

je ne fais que rêver à l’heure du petit-déjeuner, je rêve surtout de manquer à la fourberie des hommes 

( Jour de vote )

toile rajeunie                                                                           salut à nos femmes

du rabougris                                                                           au revoir aux chrysanthèmes

comme tu souhaites                                                              et puis oui

belle silhouette                                                                        verte tige

vestige céleste                                                                        dilem du témoin

                                                                                                    voisins

comme âge

âme d’écolage                                                                        et mesgoule le mulet !

magie d’éthique                                                                      gris merveille

moderne ethnique                                                                 coupures fines sur une lamelle

yeux mousselines                                                                                   

de noir                                                                                       vieille accroche

coléo                                                                                          couleurs

noix de coco                                                                             rien dans les urnes

( J’attends … )

j’attends le jour sans mémoire

j’attends le jour pour m’ouvrir au monde

j’attends le jour pour voir l’orage

j’attends le jour pour sortir de l’ombrage

j’attends le jour pour creuser mon trou

j’attends le jour pour aimer mon bourreau

j’attends le jour pour m’identifier

j’attends le jour pour démystifier 

j’attends le jour pour un accident

j’attends le jour pour faire un don

j’attends le jour pour être à l’écume

j’attends le jour pour finir en légume

j’attends le jour pour oublier la mort

j’attends le jour pour consumer aurore

j’attends le jour pour jouir

j’attends le jour pour vous vomir

j’attends le jour pour croire en Dieu

j’attends le jour pour mentir mieux qu’eux

j’attends le jour pour fuir

j’attends le jour et je le sais advenir

( Amel )

tu es matinale  

tu es dans la salle de bains

tu viens de prendre une douche tiède

tu exhales un bon parfum

tu portes un foulard bariolé à la taille  

tu es devant ton miroir planté sur tes deux petits pieds nus

tu as les cheveux lourds

tu as ton corps à moitié trempé

tu as l’air d’un ange avec cette lumière du jour naissant

tu prends l’un des cotons tiges d’une boite transparente

tu tiens la tige rose clair à l’aide de tes trois doigts

tu expires avec révolte tout en introduisant le bout de la tige en coton dans ton oreille gauche

tu inclines légèrement la tête sur ton épaule

tu frottes précautionneusement

tu regardes le bout en coton sale en esquissant une grimace

tu lances un Beurk !

tu opères les mêmes mouvements de l’autre côté

tu te trouves particulièrement belle  

tu reviens rayonnante dans la chambre

tu danses sur le lit

tu transpires

les femmes que j’ai fréquenté ont toutes opéré une mini-révolution chez moi toutes sans exception et j’imagine celle à venir...

( Alcohol )

je buvais pour des réveilles ivres

je buvais parce que j’ai le sommeil agité

en suivant une thérapie

je buvais pour effacer l’affront

je buvais pour me rappeler

sans raison aucune ou pour un tas de raisons

je buvais parce que j’avais une âme

je buvais parce que j’avais une mort

les week-ends et jours de semaines

je buvais pour rire de la misère des autres

je buvais pour rire de ma propre misère

pendant les fêtes et les enterrements

je buvais parce que poète

je buvais parce que dingue

sans l’inspiration ou avec

( Après quoi )

je

me

noie

dans un froid sombre

une catastrophe se profile sur ma tête

et des rafales de vents

reviens-moi mon petit bulot

reviens !

je

me

convaincs 

sur la banquise de tes pupilles asséchées

que rien ne fut jouer d’avance

rien n’est jamais perdu

ils nous ont offert un destin sur des parchemins 

une rencontre à vivre

je

me

termine

de l’interminable orgueil

une brindille m’enchante effrontément

cette brindille déchire mes tempes

j’ai goûté à l’hypocrisie de ce monde

si j’y prenais racine

je

me

figure  

tes engagements avec cette fête

le crime se déroule juste à côté et où tu te tiens 

derrière cette cloison qui sent la flanelle

comment prétendre à un accès

là il n’y a que défaite

je

me

flagelle

comme chaque bon samaritain 

( Qu’est-ce que…, c’est ! )

A François.

tous les loups ont

un poème

sauf un

l’idiot de la meute

lui

il préfère réciter

tous les poèmes de la meute 

tous les hommes ont

une hutte

sauf un

le fou du village

lui

il préfère passer

la nuit chez les autres 

tous les dieux ont

des fidèles

sauf un

arés de l’olympe

lui

il préfère étendre

son règne sur la discorde

tous les ciels ont

des étoiles

sauf un

celui de la Mecque

lui

il préfère connecter

toutes les mosquées

( Au-revoir le jour )

A Noussia.

trop de beauté peut nuire à votre équilibre psychique.

les étoiles sont lointaines

les étoiles sont proches

qu’importe où je suis

je vis

cela me suffit

les étoiles parlent

les étoiles chantent

qu’importe où je vais

je suis

cela me suffit

les étoiles dansent

les étoiles rêvent

qu’importe qui je suis

je ris

cela me suffit

la vie est jolie à deux

une solution plus que buvable pour tous !

( F )

A la ville de Milla.

exclu, parce-que d’une condition pauvre, pour le bien et pour le pire

surtout dans le pire des mondes

comme ma solitude que je mène contre vents et marées

n’est-elle pas jouissive ! 

mon cœur parle enchaîné à la galerie de cristal

vie d’ascète

cristal

tout change autour

où je disparais

reflet de l’âme

lumière 

exclu, parce-que d’une naissance Kabyle, pour le bien et pour le pire

surtout dans le bien de tout le monde

cette solitude est moribonde et qui cède

mais ne fléchit pas   

mon cœur parle enchaîné à l’as de pique 

vie d’échange

pique

rien ne reste ni ne perdure

où je me disperse

on l’appelle aussi psyché

lumière

exclu, parce-que différent, pour le bien et pour le pire

surtout dans l’indifférence de tout le monde

( Conceptions )

la conception de son cœur-hiver est rude

sa joie me polarise

il ne m’appartient plus

il est célébré

ce couchant magnanime vous rassérène, – chut – chut…!

un désert froid

le cœur des vides

le cœur des pleins de bonheur

la conception de son cœur-hiver est rude

ses gouffres qui scintillent

oh, le feu de bengale !

oh, le feu follet ! 

ce couchant magnanime vous rassérène, – chut – chut…!

les belles tendresses dans l’âme 

le cœur des adieux retroussés

écoutez vos poèmes !

( De soi )

es-tu l’arpenteur des dédales d’un songe ?

un tout ou passe une lourde stupeur

un tout dans des intervalles de bonheur minime

comment les nuits se soulèvent sous tes yeux ?

cependant le froid de tes rêves de doigts délurés

comme chavirer l’âme de tes écrits

combien de monstres marins faut-il avaler ?

tu connais machin chose sur l’amitié

tu connais machin chose sur l’amour, – très peu sur toi !

en sept mots: partout de la stupidité qui s’ignore !

( Yo-Yo )

hier je voulais en finir

aujourd’hui je veux vivre

demain, demain est une langue étrangère

*

salut à vous Sainte Marie, s’il vous plait ne pleurez pas

salut à vous Sainte Fatima, s’il vous plait regardez moi

salut à vous Sainte Femme, s’il vous plait aimez moi

*

on pouvait voir que le ciel est beau

on pouvait voir que nos chairs sont meurtris

on pouvait voir que l’enfer est pour tous

*

j’ai un vieux souvenir qui remonte parfois

je ne distingue rien d’autre d’aussi vague ni ce qui me retient

comme guide j’ai l’amour

*

vous aurez un phénix

un phénix à la place du cœur

avec les yeux perdus au ras du sol

*

dans mon jardin il y a des pissenlits blanches 

je les appelle fleur à tête multiple de démon

quoi de plus naturel que de renommer les fleurs

*

sous les roues de tous les camions

j’ai marché, j’ai couru, j’ai sauté haut

et j’ai dormi bien bas

*

ils se sont échangé leurs vœux de noël

sous le sapin illuminé de la ville

ils avaient l’air heureux

*

sur ton dernier lit de vieillesse

on viendra te rendre un dernier adieu

bien le bonjour à vous, est-ce qu’on se connait ?

*

je sors de ma longue rêverie

je me revois rêver encore plus loin d’ici

l’instrument des fantômes du bonheur

*

le vent balaie ce qui reste de la terre

le reste s’est consolidé en surface

pour un temps indéfini

*

mon arrière cour n’est plus à vendre

mon livre voyage et de moi de tendres baisers

vos fenêtres sont le reflet du ciel… restez restez restez !

*

je souris le matin parce que je suis en vie 

je travaille le soir parce que je vais mourir

entre ces deux pôles j’offre mon âme à l’oisiveté  

*

de ce côté-ci de la méditerranée  

on aime pas la vérité vraie  

prenez le pour sur, on fustige à gogo

*

le doute s’immisce sous la couverture

comme une belle femme

le doute est saint

*

dépressurisation rapide

les plans s’envolent en rigolade

on expédie ses prières à l’arrache et on survie

*

alchimie des mots grotesques

elle est la vague et jamais ne sera vaincue  

la voix s’est murée

*

sous les grandes roues des nuages

vous marchez et vous courrez derrière vos rêves

vous sautez haut et vous dormez bien bas  

*

puisque c’est une nuit spéciale

puisque le présent et l’amour sont à l’altitude des tropiques

puisque chaque soir je chante mon bleus à qui veux bien entendre

*

à l’est, un os

à l’ouest, un os

entre les deux une grande ballade

*

jamais partir

jamais partir

pour aujourd’hui, avec toi

*

je rêve de contrôle

je parle pour ne rien dire

j’accepte ma vulnérabilité

*

dernier délice

dernier supplice

une machine à laver tourne rond

*

confortablement pour mieux s’aimer

sauvagement pour mieux sentir

doucement pour mieux dormir

*

le temps passe comme coule la Garonne

je reste dans la nuit, – ô nuit, donne-moi le jour

je pleure sur ma chance, pourquoi ?

*

à la découverte de ce siècle

le cœur du nouveau-né y est  

comme le prolongement de la nuit

( Un couple en balade )

ils marchent à travers bois: 45 min !

ils admirent le couché de soleil: 20 min ! 

ils échangent un baiser: 11 secondes ! 

ils laissent quelque chose d’eux sur la berge: 34 min !

ils rentrent: 1h15 !

ce poème est inspiré d’un tableau abstrait de Ikea !

زوجين في نزهة على الأقدام

يمشون عبر الغابة: 45 دقيقة
يعجبون بغروب الشمس: 20 دقيقة
يتبادلون القبلة: 11 ثانية
يتركون شيئًا منهم على الحافة: 34 دقيقة
يعودون: ساعة و 15 دقيقة
هذه القصيدة مستوحاة من لوحة تجريدية من إيكيا

( Syndrome moderne )

co : copyright cowboy à culottes blanche cocorico

po : poteau popo dans le pot polyphonique

la : la, la, la…l’enfance rêvée ! laminé l’arctique 

copo : copponex coppo-next

pola : polarisation pola nue sur une photo en noir et blanc

cola : collation embrassade dans des bulles ! collaboration

poco : poco allegro poco poco

lapo : la peau lisse l’apothéose de mon oncle la police

laco : la corniche en été l’accordéon en cuir de vache ou en cuire d’artistes

Coppola est aussi une fille

( … ! )

boum, boum, boum : 

la grenade de la plante verte

boum, boum, boum :

la balle entre mes jambes

boum, boum, boum :

le cœur dans ma poitrine

boum, boum, boum :

la déflagration au petit-matin à Bordj Menaïel

boum, boum, boum :

la cuillère dans une tasse de café

boum, boum, boum :

ton joli nom dans ma tête

boum, boum, boum :

la fête de la soirée du Mawlid

boum, boum, boum :

le pneu de la voiture

boum, boum, boum :

qui a dit une boum ?

boum, boum, boum :

le marteau sur un clou

boum, boum, boum :

les sauts du lièvre

boum, boum, boum :

j’ai oublié le dernier vers de ce poème !

(! … )

بم، بم ،بم

نبات الرمان الأخضر

بم ،بم ،بم

القلب في صدري

بم ،بم ،بم 

الانفجار في ساعة مبكرة من صباح برج منايل

بم ،بم ،بم 

ملعقة في فنجان قهوة

بم ،بم ،بم 

اسمك الجميل في رأسي

بم ،بم ،بم 

عيد ميلاد النبي

بم ،بم ،بم 

إطار السيارة

بم ،بم ،بم 

من قال حفلة

بم ،بم ،بم 

مطرقة على مسمار

بم ،بم ،بم

قفزات الأرنب

بم ،بم ،بم

لقد نسيت السطر الأخير من هذه القصيدة

( Les hantises )

j’imbrique mes chantantes redevances

avec les figurines abîmées

sous ce ciel inodore

décharné

tout ça fuit de la fastueuse porte des ponts

comme cet oiseau qui surplombe la céleste ville

… et me hante !

l’entrée d’or

fontaines

ensemble

désir inachevé

perdre le nord

le noir du rejeton

c’est un crève-cœur

c’est une baliverne de première

l’œil libre

être maléfique

et si

j’ai su

belle

absolu

le ciel sous la pluie

je reste à Bordeaux

Bordeaux, le 02/11/2015.

المطاردة

أتشابك عائدات الغناء الخاصة بي
مع التماثيل التالفة
تحت هذه السماء عديمة الرائحة
كل ذلك يهرب من باب الجسور الفخم
مثل ذلك الطائر الذي يطل على المدينة الشهيرة
! ويطاردني...
المدخل الذهبي
نوافير
سويا
الرغبة غير تام
تفقد الشمال
أسود النسل
إنه حسرة
هذا أول هراء
العين حرة
كائن شرير
وإذا
كنت أعرف
جميلة
مطلق
السماء تحت المطر
انا باق في بوردو

( Les lignes )

indélébile

droiture

félicité

dubitatif

invitation

cible

poil

cloaque

chômage

opinel et ficelle

bleu

lévitation

j’ai un ruban infect cousu sur le cœur

est-il question de solitude, ou peut-être la loi divine d’une quête ?

الخطوط

لا يمحى
استقامة
تهنئة
ارتيابي
رسالة دعوة
استهداف
شعر
بالوعة
البطالة
أوبينيل وسلسلة
أزرق
استرفاع
لدي شريط متسخ مخيط على القلب
هل هو عن الوحدة، أو ربما القانون الإلهي للسعي؟

( Les visages )

à l’un

du

chemise

que rien

lui

miel

procession

idylle

chemins ombragés

douceur

prohibé

vous devez souffrir pour celui qui prend la corbeille

il y en a plusieurs à l’usage pour ce recueil, la votre est la première

الوجوه

لواحد
ال
قميص
هذا لاشئ
عسل
موكب
خزلية
مسارات مظللة
العذوبة
محظور
يجب أن تعاني لمن يأخذ القمامة
هناك العديد من الاستخدامات لهذه المجموعة، الأول لك

( J’irai au fin fond du monde et voir de quoi est fait mon rêve )

oh Dieu combien c’est dur d’aimer !

non pas… non pas ma vie, c’est dur d’aimer !

( elle va chercher de l’eau au fond du puits ! )

à quoi bon mon cœur de souffrir autant que la mort

ceci est mon adieu, ceci est mon adieu… !

( seul devant des ouvertures ! )

l’hiver

cheminées de fées

l’air frais

marshmallow

boussole

camembert

acides aminés

les ciels gris

mésange

l’alcool

cymbales

tabouret

idioties à quatre pieds

vivre l’expérience du vide pour des générations c’est le bide

je dois vivre encore plus vite et j’abandonne, et j’abandonne… !

سأذهب إلى نهاية العالم وأرى ما هو حلمي

يا إلهي كم الصعب أن تحب
ليس... ليس حياتي، من الصعب أن تحب
(!تذهب لجلب الماء من قاع البئر )
ما الفائذة يا قلبي أن تعاني بقدرالموت
هذا هو وداعي ،هذا هو وداعي
(!وحده أمام الفتحات )
شتاء
المداخن الجنيات
الجو منعش
مرشملوو
بوصلة
جبن الكممبير
الأحماض الأمينية
سماء رمادية
حلمة
الكحول
الصناج عازفها
البراز
هراء لأربعة أرجل
عيش تجربة الفراغ لأجيال هو الفشل
يجب أن أعيش بشكل أسرع وأستسلم، وأستسلم

( La manière d’un étranger )

toi

donner

à manger

aux enfants

que moi j’adore

moi

exfiltrer

priver

de la belle vie

même de mon salut

quoi

dis

pas

enfants

grave

prie

nous

aimer

quand

la la la… la !

qui

moi

de vous

jaloux

adieu, adieu… l’étranger !

طريقة شخص غريب

أنت
يعطى
للاكل
للأطفال
إلا أنا أحب
أنا
تسرب
تحرم
حياة عظمة
حتى من خلاصي
ماذا
قل
لا
الأطفال
خطير
صلى
نحن
أحب
متى
لا لا لا ... لا!
من
أنا
منك
غيور
! الوداع، الوداع أيها الغريب

( Dérive )

est-ce qu’une œuvre se construit sur de la douleur, certainement ! moi, je serai poète, un poète de génie…

anémone des bois

brouillon d’âme atmosphérique

une rivière à vents de l’enfance fantasmé

forte comme ses remous d’égout

d’anciennes voix troublés et anéantis  

chute du sens en cataclysme

je donne vie au soi

je redonne la vie au sublime

une enfant des sombres bois

orpheline qui sourit

soleil

pinède ou bois

sexe

doux

joyau

mirage

forêt

…. et cetera.

انحراف

هل عمل فني مبني على الألم، بالتأكيد! انا، سأكون شاعرا، شاعرا عفريت

شقائق النعمان الغابات
مشروع تقريبي أرواح الغلاف الجوي
نهر عاصف من الطفولة استيهامية
قوية مثل دوامات المجاري
أصوات قديم مضطربة ومحطمة
سقوط المعنى في كارثة
اعطي الحياة لذات
أعيد الحياة للرفيعة
طفل من الغابة المظلمة
فتاة يتيمة تبتسم
شمس
غابة الصنوبرأوغابة
الجنس
ناعم
جوهرة
سراب
غابة
إلى آخره...