Car, j’ai flirté si longtemps

À Thara.

durant la deuxième classe science

un cour de mathématiques

il faisait encore nuit, je crois !

une odeur d’étable endormie

une sorte d’ambiance préliminaire au savoir

le professeur rentrait comme à son habitude

droit vers son grand bureau d’aplomb

les éclairs dans le regard

crédule

un glock de sous le pantalon

nos cœurs battaient forts

je tirais

la détonation anéantissait tout

le silence sanglant plongeait l’oubli dans mes jours

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s